Vous êtes ici

  Gestion des e-déchets : l’ADIE et différents acteurs échangent sur le projet de texte
Gestion des e-déchets : l’ADIE et différents acteurs échangent sur le projet de texte

Par la Directive n° 6 du rapport de l’Inspection générale d’Etat (IGE), en date du 13 novembre 2014, il a été demandé à l’Agence De l’Informatique de l’Etat (ADIE) « d’instruire un projet de texte pour proposer un cadre légal de gestion des e-déchets au Sénégal ». En ce sens, l’Agence De l’Informatique de l’Etat, en collaboration avec plusieurs structures du secteur public notamment le Ministère de l’Environnement et du Développement durable ainsi que le Ministère de l’Hygiène publique, le secteur privé et les recycleurs, a travaillé sur un projet de texte portant sur la gestion des déchets des équipements électriques et électroniques (DEEE). Après trois années de processus inclusif et participatif pour l’élaboration de ce projet de texte, l’ADIE, avec le soutien de l’Institut mondial pour la Croissance verte (GGGI), a organisé un atelier d’échanges et de partage sur le document. La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Secrétaire général du Ministère de l’Economie numérique et des Télécommunications M. Yoro Moussa Diallo.

« Pour relever le défi de la fracture numérique, l'une des pratiques courantes est la mise en œuvre d'une forme de solidarité numérique fondée sur des activités volontaires de dons en matériels informatiques d’occasion ou de seconde main » a fait savoir le Directeur général de l’ADIE M. Cheikh Bakhoum. 

L’on dénombre plus de 50 millions de tonnes de déchets des équipements électroniques et électriques (DEEE) à travers le monde, selon le Programme des Nations unies pour le Développement. La moitié se retrouve dans les pays en voie de développement. De quoi tirer la sonnette d’alarme et prendre les mesures idoines pour préserver la santé des populations et l’environnement. En sus des substances valorisables (fer, cuivre, or, aluminium etc…) qui contribuent à l’économie numérique, les déchets des équipements électriques et électroniques contiennent des substances potentiellement dangereuses et particulièrement alcaline comme le cadmium, l’arsenic, le béryllium le mercure, le plomb etc...  

L’Etat du Sénégal, ne voulant pas être envahi par ces e-déchets, a décidé de mettre en place un cadre réglementaire pour la gestion de ces DEEE. Ce projet de texte met en exergue les points essentiels qui concourent à un système intégré de gestion durable. Il s’agit principalement de l’application du principe « pollueur payeur », de la Responsabilité Élargie du Producteur mais aussi de la mise en place d’un éco-organisme pour la prise en charge intégrale des DEEE avec un appui au secteur privé et au secteur informel.   

« Nous devons aujourd’hui plus que jamais nous préoccuper de la question des déchets des équipements électriques et électroniques dans nos politiques de développement. Les pays développés ont déjà sécurisé leur territoire par une législation spécifique et à travers des directives applicables à tous. Il nous revient de revoir notre législation, de la parfaire pour que le Sénégal ne soit pas une poubelle numérique ». C’est ce qu’a indiqué M. Yoro Moussa Diallo, qui s’exprimait au nom du Ministre de l’Economie numérique et des Télécommunications Mme Ndeye Tické Ndiaye Diop.

Entre autres dispositions prises, l’Etat du Sénégal, à travers l’ADIE, a mis l'accent sur la gestion écologique et rationnelle, par la mise en place d’un cadre réglementaire spécifique aux Déchets des Equipements Electriques et Electroniques, d’une unité durable avec l’implication de différentes parties prenantes des secteurs public et privé pour contribuer à « assurer un environnement durable ». 

A travers le Centre des Handicapés au Travail logé à la Direction de la Solidarité numérique, l’ADIE a démantelé 124 tonnes de e-déchets depuis 2015 a expliqué le Directeur général Cheikh Bakhoum. Il s’agit de déchets provenant essentiellement de l’Administration publique et de quelques structures du secteur privé. En effet, en mars 2015, le Premier Ministre du Sénégal avait sorti une note circulaire pour demander à toutes les Administrations de déposer leurs DEEE au niveau de l’ADIE. 

 

RD/COM/ADIE

 

 

29.07.2019