Vous êtes ici

  L'ADIE et l'ANSSI célèbrent l'an 1 d'un partenariat fructueux
L'ADIE et l'ANSSI célèbrent l'an 1 d'un partenariat fructueux

En marge des « Sécurity Days » 2017, l’Agence De l’Informatique de l’Etat (ADIE) et l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI – France) ont procédé à la revue du protocole d’accord qui les lie depuis un an. Les deux parties ont profité de l’occasion pour faire le point sur ce qui a été réalisé grâce à ce partenariat ainsi que les perspectives de collaboration futures.

Le Directeur Général de l’ADIE, Monsieur Cheikh Bakhoum, a, de prime abord, salué l’accompagnement de l’ANSSI, le partage d’expérience  et le renforcement de capacités des agents de l’ADIE. Cet accompagnement s’est manifesté davantage dans le cadre de la coopération notamment dans la mise en place par l’ADIE de l’Infrastructure Nationale de Gestion des Clés (IGC/N). Entre autres activités, des formations notamment sur le CERT ont été délivrées aux agents de l’Etat.

Très soucieux de la sécurité de l’intranet administratif, M. Bakhoum a mentionné quelques points en perspective sur lesquels devrait s’inscrire la continuité du partenariat. l’ANSSI est ainsi sollicitée pour la mise en place d’un centre d’expertise pour le compte des agents de l’ADIE et pour l’ensemble des responsables informatiques de l’administration. « La mise en place d’un CERT opérationnel et interconnecté à tous les CERT du monde est un aspect où l’appui de l’ANSSI nous sera très précieux », a souligné le Directeur Général de l’ADIE.

L’ANSSI, représentée par son Directeur Général Adjoint, Monsieur Emmanuel Germain, s’est d’abord félicité de ce protocole d'accord signé le 15 Mars 2017 qui leur a permis d’« élargir leur champs de vision sur la thématique de la sécurité numérique dans le monde ». « On découvre, on apprend et on s’enrichit à partir des spécificités de chaque pays », explique M. Germain, dont la structure reste disposée à s’impliquer davantage dans un espace social élargi de travail et de marché.

Il a ainsi été évoqué l’idée de mettre en place un cadre de concertation sur le sujet de la Cybersécurité qui devra rassembler les pays francophones ou de l’Afrique occidentale, en général. Son objectif étant de réfléchir, avec toutes les entreprises qui évoluent dans le domaine du numérique, sur des perspectives d’échanges et de mise en place de politique commune contre la cybercriminalité.  

BN/AS/COM

03.05.2017